Année 2016

Des travaux de renaturation des milieux dunaires sur le secteur des Gaillouneys démarrent lundi 7 novembre

Jeudi 3 Novembre 2016

L’érosion éolienne de la dune, au niveau du secteur des Gaillouneys, s’est fortement accentuée au cours de ces dernières années. Des travaux de renaturation vont permettre de modérer ce phénomène.



L’observation des photographies aériennes sur une période d’une cinquantaine d’années montre clairement une accentuation de l’érosion éolienne : les zones dégradées sont passées de moins d’un demi-hectare en 1968 à près de dix hectares en 2014. Cette évolution s’est faite principalement en raison de la disparition progressive de la végétation fixatrice du sable, liée au piétinement. Trois importantes caoudeyres (dépressions circulaires) se sont formées sous l’effet du vent. Dans ces couloirs de déflation (siffle-vent), l’énergie du vent est décuplée. L’arrachement du sable sur les bords a eu pour effet de mettre à nu les racines des végétaux et de les faire périr. Ces caoudeyres ont évolué, se sont élargies et ont complètement traversé le cordon dunaire et la forêt.

Afin d’enrayer cette érosion éolienne et pour éviter une déstabilisation de l’ensemble dunaire de la conche des Gaillouneys et retarder l’ensevelissement de la RD218, des travaux de restauration démarrent lundi 7 novembre. Privilégiant les capacités constructives des agents naturels que sont le vent et la dynamique végétale, ces techniques permettent d’obtenir des conditions favorables au développement du tapis végétal des espèces locales.

TECHNIQUES UTILISEES

A partir du 7 novembre, des opérations mécaniques commenceront avec la phase d’écrêtage et de remodelage des arêtes vives sableuses (14 zones pour une surface de 4 429 m2). Cela permettra de diminuer, à la fois l’impact du vent, mais aussi les versants trop abrupts, difficiles à végétaliser.

D’autres travaux vont suivre, à commencer par la mise en place d’andains de branchage. Cela consiste à faire un bourrelet avec des branchages de pin d’une hauteur comprise entre 1.2 et 1.5 mètres afin de jouer le rôle de brise-vent et de piéger le sable à son niveau, devant et derrière (655 mètres d’andains seront mis en place).

Ensuite, le sable sera couvert de branchages de pin et de genêt. Cette technique éprouvée réduit fortement la vitesse du vent au niveau du sol ce qui limite voire supprime l’érosion éolienne. Le sable en place ne s’envole plus et dans les zones à fort transit sableux, les branchages permettent une accumulation du sable (63200 m² seront couverts sur trois zones différentes).

Enfin, 25900 m² de plantations de « gourbets » ou oyats clôtureront ces opérations en début d’année 2017. L’oyat est le végétal par excellence pour contrôler le mouvement des dunes bordières sous l’action du vent, en France mais aussi en Europe. Les boutures seront prélevées localement dans les dunes domaniales, dans des touffes denses au moment du repos végétatif hivernal et dans les zones peu ensablées au cours de l’hiver.

Le chantier, balisé par des panneaux, sera interdit au public pendant toute la durée des travaux (arrêté municipal n°2016-1162).

Un suivi est prévu pendant trois ans afin d’atteindre l’objectif de réhabilitation de la conche.

Téléchargez le communiqué de presse et l'arrêté municipal n°2016 - 1162 :

communique_de_presse___travaux_de_renaturation_des_milieux_dunaires___secteur_des_gaillouneys.pdf Communiqué de presse - Travaux de renaturation des milieux dunaires - Secteur des Gaillouneys.pdf  (624.33 Ko)








Toutes les actualités 2015






Recevez notre actu


Suivez-nous
Retrouvez la dune sur Facebook
Retrouvez la dune sur Twitter
Visitez la galerie photo de la dune
Accédez à la galerie vidéo de la dune
Retrouvez-nous sur Instagram